PRADEL Benjamin

b.pradel@kaleido-scop.eu

CV et références en ligne Twitter

Benjamin Pradel est diplômé de l’IEP Grenoble (2004), de l’Institut Français d’Urbanisme (2005) et docteur en sociologie urbaine (2010). Après 9 ans passés dans la recherche publique, il est aujourd’hui consultant-chercheur en mobilités et études urbaines. Entre recherche et action, il développe une activité de sociologue conseil appuyé sur une expertise en mobilités durables (périurbaines, piétonnes, électriques, collaboratives), maîtrise d’usages (espace, objets, dispositifs techniques) et innovation dans la fabrique de l’urbain (espaces publics, coproduction, chrono-urbanisme, maîtrise d’usage), habitat et territoires (pratiques d’habiter, image identitaire, cohésion, échelles d’action, tourisme).

A la croisée de la sociologie, l’urbanisme et la géographie, son approche par les rythmes, lui permet de saisir les changements et les permanences dans l’évolution des modes de vie et des territoires. Auteur de plusieurs écrits scientifiques, il a participé à de nombreuses conférences et projets de recherche-action.

=> Il met ses compétences au service des entreprises, institutions et collectivités dans la production d’études et de recherches thématiques à portée scientifique et techniques.

=> Il intègre les équipes d’AMO en projets urbains (concertation/participation, maîtrise d’usage, diagnostic socio-spatial, analyse des mobilités, jeux d’acteurs, développement territorial...) pour y apporter expertise de terrain, recommandations opérationnelles et prospectives (APS, APD).

=> Il dispense des conférences, formations professionnelles et cours à la demande avec plus de 500h d’expérience pédagogique.

=> Il propose une offre de "sociologue conseil" pour accompagner entreprises et collectivités sur leurs projets et marchés, travaillant le sens des orientations, mots et actions concrètes.

Il s’appuie sur des méthodes de recueil et d’analyses concrètes (entretien, observation, présence prolongée, participation) nourries de connaissances théoriques et d’une veille opérationnelle permettant de mieux comprendre pour mieux relever les enjeux autant spatiaux, sociaux qu’environnementaux du développement des territoires de la ville de demain.


- ARCHIVES -


La photographie comme méthode. Mob’Huma’Nip, groupe Zicono’s : Retour réflexif sur une résidence artistique et scientifique

Posté par PRADEL Benjamin • Octobre 2016

La publication Mob’Huma’Nip. Atelier Icono. Retour réflexif sur une résidence artistique et scientifique est accessible gratuitement sur internet.

Elle présente une synthèse des travaux photographiques réalisés dans le cadre de l’école thématique « Arts et sciences sociales en mouvement, iconographies et parcours pour revisiter l’in situ » qui s’est déroulée du 1 au 5 septembre 2014 à Rezé. L’ambition de cette résidence scientifique et artistique du CNRS était de questionner les postures respectives et les apports réciproques de l’artiste et du chercheur autour d’un objet commun : les territoires en mouvement. Cette tentative d’hybridation entre art et recherche s’est notamment organisée autour de séquences de mises en œuvre collectives de processus expérimentaux.

L’atelier Iconographies, réunissant photographes, urbanistes, sociologues, architectes, plasticiens, géographes, historienne et vidéaste, s’est employé à questionner les potentiels de la photographie dans les recherches urbaines en proposant l’expérimentation collective de protocoles sous contrainte d’une part (photographier sans voir, s’en tenir à une position fixe et des valeurs de plan préétablis, s’imposer des figures de style ou des prises de vue à intervalle régulier) et la production de travaux d’inspiration plus personnelle, également soumis à protocole propre, d’autre part. Dans les deux cas, les exercices et l’expérience qui sont restitués par les participant.e.s et leurs encadrant.e.s dans cet ouvrage n’ont cessé de contrarier les repères et pratiques d’observation habituels voire les questionnements préexistants pour « laisser sa chance au terrain » ; contourner les représentations de l’observateur pour déstabiliser ses prénotions et dénaturaliser le social ancré dans le réel.

Ou la photographie comme méthode.

Accès à la publication : http://eso-lemans.cnrs.fr/fr/public...

Hélène Bailleul, Raphaële Bertho, Brieuc Bisson, Rahaf Demashki, Didier Faureau, Érika Flahault, Lucinda Groueff, Caroline Guittet, Alban Lécuyer, Frédérique Mocquet, Benjamin Pradel, Gabriella Trotta-Brambilla, Sandrine Wenglenski - 2016

+ Ajouter un commentaire