Ville ordinaire et métropolisation – la vallée du gier

Janvier 2016

Intervention :
Géographie relationnelle dans la ville ordinaire / recherche-action

Champs thématiques :

Notre approche

Notre recherche est le produit d’une réponse à un concours de recherche intitulé « Ville ordinaire et métropolisation » ouvert par le Puca (Plan Urbanisme Construction Architecture) à la fin de l’année 2013

La matière essentielle de la recherche se constitue pour grande partie de l’impalpable, du moins des rencontres, des temps de partage, de réflexions collectives, conviviales qui auront été le cœur de notre expérimentation méthodologique : comment produire le savoir ? Qui peut en être le détenteur ? Comment faire acte ou projet (extra)-ordinaire ? Pourtant, au-delà des deux ans de recherche, nous laissons le labo numérique « voyage-s dans la vallée » dont l’existence Internet est encore assurée pour quatre ans. L’autre promesse de départ sera tenue : la rédaction collective du guide indigène de détourisme se poursuit au-delà du temps imparti par le contrat de recherche.

Pratiquer notre métier de chercheur a été pour nous, ici, en vallée du gier, riche des confrontations entre théorie et pratique, apparence et réalité, fantasme et action, mais aussi des croisements entre des mondes socio-spatiaux, des expériences individuelles et des modes de penser, d’agir et d’être au monde – un grand enrichissement intellectuel et humain et il faut en remercier les habitant-e-s.

Comment peut-on évaluer une action territoriale qui accepte le temps long, qui s’aventure à mettre en récit les sensibilités spatiales et qui engage la parole comme vecteur d’émergence des savoirs et des projets?Notre proposition méthodologique demande de reconnaître l’expérience pour elle-même, de se libérer des jugements imposés par les référentiels, ici métropolitains, pour à l’inverse accepter de cheminer dans l’égale dignité des gens dans la ville ordinaire ou dite remarquable.

Mais est-ce seulement possible? Le nœud, la contradiction est peut-être justement là.

L’équipe projet